Direction

 Marie-Charlotte Potton, dirige le choeur depuis la rentrée 2011
C’est au cours de son adolescence que Marie-Charlotte Potton découvre la liturgie monastique d’inspiration grégorienne et commence à s’y intéresser. La fréquentation d’une communauté de sœurs dominicaines contemplatives dans la région lyonnaise, lui permet de s’initier dès le début des années 80 à la liturgie et au répertoire composé par le frère André Gouzes.
Souhaitant enrichir sa formation, elle participe à plusieurs chœurs, grâce auxquels elle aborde la musique ancienne, le grégorien et la musique contemporaine qui en est inspirée. Elle chante également pendant plusieurs années à Simple Louange, dont elle devient assez rapidement la chef de chœur adjointe. Elle se forme en outre au chant sacré médiéval, qui devient l’un de ses répertoires de prédilection. Elle crée et dirige pendant huit ans l’Ensemble vocal Résonances.
Parallèlement à cette formation vocale et musicale, Marie-Charlotte Potton suit un cursus complet de théologie et soutient un mémoire de maîtrise à la Faculté de Théologie de Lyon sur l’office des Ténèbres du Samedi saint, tel que proposé par la Liturgie Chorale du Peuple de Dieu.
À travers et à l’aide de Simple Louange, elle souhaite désormais contribuer à développer autour d’elle qualité musicale et sensibilisation liturgique et biblique, dans un esprit de simplicité et de convivialité.
          

 Gilles Frénée, contre-ténor, a dirigé le choeur depuis son origine. Il a participé à de nombreux enregistrements de la Capella Sylvanensis.

En septembre 2011, il part vers d’autres horizons.

Gilles Frénée, chanteur et chef de chœur, pratique le chant choral depuis 30 ans. Formé au CNR de Lyon, il a chanté avec le Chœur de Bernard Têtu, la Camerata Vocale de Brive dirigée par Jean-Michel Hasler, et effectué 2 saisons avec la Chapelle Royale de Philippe Herreweghe. Il fait partie du chœur du Concert de l’Hostel-Dieu, ensemble de musique baroque lyonnais, depuis sa création en 1993.
Ayant découvert l’Abbaye de Sylvanès lors d’un concert du festival en 1981, il a senti le lien entre le grand répertoire sacré et la liturgie composée par André Gouzes, et s’investit beaucoup depuis dans le rayonnement de cette liturgie au sein de l’Eglise. En effet, il faut à la fois une musique simple, vu les moyens modestes de la plupart des chorales paroissiales, et profonde, en puisant dans les sources anciennes de la liturgie, tant grégoriennes que luthériennes et orthodoxes.
Sensible au style de la musique ancienne, son travail musical s’oriente vers la recherche de souplesse des phrasés et de déclamation naturelle des textes.